SHOW REVIEW

Fan de... Police

Police a rempli deux soirs de suite le Stade de France, avec deux concerts quasiment identiques; Grande nouveuaté pour les spectateurs du second shox, la présence lors d'un ultime rappel (sur 'Next To You') d'Henri Padovani, guitariste français et membre originel du trio, avant d'être remplacé par Sting. Pas rancunier, Padovani a salué le public bras dessus-bras dessous avec les Sting, Copeland et Summers.

Jamais officiellement séparé, The Police s'est recomposé samedi soir au Stade de France à mon plus grand bonheur. 30 ans que j attendais ça... A l époque, j'étais une gamine pas encore ado et je n'avais ni le sou, ni l'autorisation d'aller voir MON groupe (celui dont le nom était écrit au marqueur noir sur mon sac d'école US Army). Inutile de vous dire le kif d'entendre une vingtaine de chansons issues des cinq albums publiés entre 78 et 83.

Le groupe attaque par 'Message In A Bottle' et renverse totalement le Stade de France. C'est la prise de conscience : Sting, Andy et Stewart sont là pour nous faire revivre nos émotions d'avant... Toujours, ce même bon son de la pop anglaise, la voix de Sting encore plus belle. Les titres s'enchaînent et le public s'amuse à reconnaître chaque début de chanson. Les arrangement sont nombreux, les titres en version longue et avec de nouveaux arrangements. On ne voudrait plus que cela s'arrête. 'DE DOO DOO DOO DE DA DA DA', Sting se marre d'entendre le public lui faire écho avec autant de passion.

Les tubes défilent: 'Every Little Thing She Does Is Magic', 'Don't Stand So Close To Me'... On savoure HI YO hi Yeah HI YEAH HO, hi yeah ho, hi yeah yo, yeah yeah yeah. Mais le meilleur arrive un peu plus tard; la deuxième partie du concert est tout simplement Enorme. Copeland s'agite derrière ses drums, la programmation devient hypnotique: ils nous envoient toutes nos chansons préférées les unes après les autres.

I can't stand losing you... Je faiblis devant ces écrans géants sur scène qui nous renvoient les souvenirs de pochettes en carton des albums correspondant. Tu fonds encore plus vers tes treize ans et tu te souviens. 'Roxanne' arrive dans un décor rouge diabolique, tout le monde chante - non hurle - ROOOOXANE, on se sourit, on est jeune on est aussi jeune et beau que Sting, si on y croit vraiment.

On ne peut supporter de les voir partir, deux rappels mettront fin à ce sublime concert avec en final, tenez vous bien, 'So Lonely', 'Every Breath You Take', et je dois dire que je n ai pas reconnu la toute dernière mais pas grave: ce groupe était et donc reste UN TRES TRES GRAND GROUPE ANGLAIS!

Hi yo hi yeah ho yeah ho hi yeah ho hi yeah ho

(c) Metro France by Valérie Decamp

(0) Reviews and Comments