Rock Paper Scissors
Jul
05
2016
Montreal, CABell Centre
1
share

Everyone wins in Peter Gabriel and Sting's Rock Paper Scissors tour...

The two legends were thoroughly invested in collaboration, not competition, at their joint concert Tuesday at the Bell Centre.

By titling their joint tour Rock Paper Scissors, Peter Gabriel and Sting set up the expectation of a healthy rivalry. And walking into the belly of the Bell Centre on Tuesday, the lines appeared to be drawn: a split screen depicting settings from their respective English childhoods (a village field for Gabriel, a shipyard for Sting), and colour-coded banners bearing the signatures of 14 immaculate musicians, evenly divided in number.

The singers met at the lip of the stage early on to outline the battle-of-the-bands concept (and to poke good-natured fun at Gabriel’s physique and aversion to yoga), in the first of several French scripts read by Gabriel. He would lead Équipe Rouge, Sting would lead Équipe Bleue, and their teammates’ outfits boasted the appropriate pops of colour. But by then, the real point of the night was already known: Gabriel, Sting and their musicians were thoroughly invested in collaboration, not competition.

You could tell as much by Gabriel’s opener, The Rhythm of the Heat, which featured almost the full cast on stage (with a notable absentee). The sinister fever dream’s mystery was deepened, the delirious percussive climax was heightened, and it was immediately apparent that the principals had approached this tour as a challenge, not a cash grab.

Gabriel withdrew when Sting bounded out for the sunny If I Ever Lose My Faith in You, allowing both men to enjoy strong introductions. But what appeared to be a simple one-for-you, one-for-me setup quickly became more complex and inspired. Gabriel and Sting often yielded the stage to one another, but they just as often wove themselves into each other’s songs, traded band members and generally kept everyone guessing.

The lack of clear division was reflected by the stage setup, with Blue and Red players intermingling rather than quarantined in blocks. There were familiar faces with clear allegiances: longtime Sting guitarist Dominic Miller, for example, and bassist Tony Levin, whose epic resumé is crowned by his four-decade association with Gabriel. But the band formation constantly mutated; when Sting took a breather during Gabriel’s Red Rain, his violinist Peter Tickell remained to add shades of scarlet. Even when one team mostly cleared out, their presence could often be felt: the best part of Sting’s celebratory Every Little Thing She Does Is Magic may have been the sight of Gabriel and some of his bandmates grooving well out of the spotlights.

There was as much trust as chemistry involved in Gabriel and Sting’s interactions. (A shared history may have helped foster that trust: they shared stages during Amnesty International’s concert tours in the 1980s.) Neither one was precious about his own songs. When Sting took a verse of Gabriel’s tense No Self Control, three songs in, it was a novelty; by the time Gabriel delivered a creeping mutation of his colleague’s If You Love Somebody Set Them Free - with Sting nowhere in sight - you simply wished more A-list artists were brave enough to follow their example and treat the stage as a playground.

That sense of play helped keep the nearly three-hour show clear of nostalgia - remarkable when you consider that, aside from one new Gabriel song, the most recent number dated back to 1999. Sting drew heavily from the Police’s catalogue, and dammit, if Gabriel won’t sing Genesis, he’ll do that too: an abbreviated Dancing With the Moonlit Knight was the concert’s most left-field number, buoyed by Tickell’s violin before a counterintuitive but masterful segue into Message in a Bottle.

You could hear Gabriel’s pleasure in trading lines with Sting on that one, and that sentiment dominated the night. The relish with which Sting commandeered Kiss That Frog suggested he was the one who pushed to include the funked-up Gabriel number. When he chomped down on the “which connection I should cut” verse in Solsbury Hill, Gabriel’s mystical farewell to Genesis, one could sense his own history with the Police being seized upon. Both singers found parts of themselves in the other’s music.

The mutual admiration was evident regardless of whether the spotlight was shared or whether someone was in a supporting role. The pair’s camaraderie as they comically prowled the stage in the closing Sledgehammer was priceless, but so was Gabriel’s subtle harmony in Fragile. Best of all may have been the sight of Sting gleefully dancing amid the backup singers during Gabriel’s climactic In Your Eyes, before trading exultant calls with Red vocalist Jennie Abrahamson.

The spirit of generosity was extended to band members. Gabriel walked the perimeter of the stage as Abrahamson offered a honeyed take on Kate Bush’s part in Don’t Give Up. And if this had indeed been a competition, Sting’s vocalist Jo Lawry would have come close to upstaging everyone when her wordless hurricane tore through The Hounds of Winter’s windswept blues.

Occasionally, a collaboration didn’t click, or a song came across as too insular for the occasion. Sting’s smooth vocal tamped down the raw nerves that run through Gabriel’s Shock the Monkey. Gabriel’s new song Love Can Heal was intensely moving, especially noting the dedication to slain British MP Jo Cox, but felt extracted from a solo gig. So did San Jacinto, even as Gabriel - the biggest of big dreamers - limited the brooding number’s necessary theatrics to a mirror that sent a beam of light ricocheting across the arena.

#These stood out as potential missteps only because of the unbridled enthusiasm both stars brought to each other’s music, and to the evening’s concept. Anyone in the 16,460-strong crowd expecting a rote co-headline show received so much more from what has turned out to be a daring, presumably once-in-a-lifetime tour (inspired in part, it should be noted, by Sting’s 2014-15 dates with Paul Simon).

Sting may have exaggerated when he promised a night of spontaneity: you can’t meld two outstanding bands so tightly and leave a substantial margin of error. (Witness the way the lineup subtly changed shape as Don’t Give Up led into The Hounds of Winter.) All the more remarkable, then, that the absolute joy on stage masked whatever painstaking work led up to this adventure. Regardless of whether someone came in cheering primarily for Équipe Rouge or Équipe Bleue, everybody won this game, and everybody clearly had a blast playing it.

(c) Montreal Gazette by Jordan Zivitz

Sting and Peter Gabriel...

Though their recent run of dates was given the name "The Rock Paper Scissors Tour," Sting and Peter Gabriel's headlining slot at Festival d'été was more about collaboration and reflection than individual looks at their catalogue. Gabriel's backing band wore red while Sting's wore blue, and the two seasoned stars delivered on their promise of musical exploration and experimentation Thursday evening (July 7).

The collaborative nature of the tour delivered some of the more interesting results of the set. At times, Sting and Gabriel would swap vocal duties on verses — or entire songs — of each other's material: Gabriel handled a good portion of the lead vocals for Sting's "Fragile," while Sting took the reins on a sleeker rearrangement of Gabriel's "Shock the Monkey." Now both in their mid 60s, their voices were still very much in fine form and complemented each other more nicely than many might think in moments of harmony.

"Shock the Monkey" wasn't the only track that got a bit of a facelift. Sting led the bands through a rework of the Police's "Drive to Tears," its reggae tendencies almost entirely pushed aside to feature a prominent violin solo. Gabriel reworked Sting's solo hit "If You Love Somebody Set them Free" to remove the urgent nature of the original, opting for a blues-rooted arrangement in its stead.

Of course, there were plenty of hits that made an appearance too. Gabriel's "Red Rain" remained just as powerful live as on record, while a three-song run of his other So smash "Big Time," Sting's "Englishman in New York" and Gabriel's "Solsbury Hill" pleased the crowd. Even a tease at some Gabriel-era Genesis was worked in, with Sting singing the opening lines of "Dancing With the Moonlit Knight" before launching into the Police classic "Message in a Bottle."

The enjoyment that Sting, Gabriel and their bands were getting from the evening was palpable, all smiles in driving right through to the finish with powerful renditions of Sting's "Desert Rose" and Gabriel's "In Your Eyes," setting the crowd up for a blowout encore of the Police's "Every Breath You Take" and Gabriel's "Sledgehammer," the latter of which saw the two Englishmen bust a few dance moves at the stagefront.

(c) Exclaim by Calum Slingerland

Une soirée électrique - Sting et Peter Gabriel ont fait vibrer 16 460 fans au Centre Bell avec leur tournée Rock Paper Scissors...

Deux légendes de la musique ont uni leurs forces sur la scène du Centre Bell mardi soir. Sting et Peter Gabriel ont livré un concert irréprochable et mémorable à leurs fans montréalais. Bref, un concert à l’image des deux chanteurs.

Ils ont beau avoir passé le cap de la soixantaine depuis quelques années déjà, Sting et Peter Gabriel n’ont rien perdu de leur fougue, ni de leur aplomb. Au contraire. Même devant une foule visiblement gagnée d’avance, les deux chanteurs britanniques ont travaillé d’arrache-pied pour livrer un spectacle à la hauteur, et même supérieur aux attentes.

Et ils ont réussi.

En début de concert, les premières notes de The Rhyhtm of the Heat ont sonné comme une tonne de briques, secouant le Centre Bell plein à craquer. Les fans se sont levés d’un bond pour offrir à Peter Gabriel un accueil digne de ce nom.

L’enthousiasme a monté d’un cran lorsque Sting est apparu à son tour pour livrer If I Ever Lose My Faith in You, qu’il a même interrompu pour lancer un “Bonsoir, Montréal!” dans un français presque impeccable.

À eux deux, Sting et Peter Gabriel cumulent plus de 90 années de métier. Et ça paraît. Ils ont offert un spectacle électrisant, digne des plus grands maîtres; difficile, en effet, de trouver quelque bémol à ce concert qui restera assurément gravé dans la mémoire de leurs fans.

Tout au long de la soirée, les deux hommes ont pigé dans leurs répertoires respectifs pour revisiter, parfois en solo, parfois en duo, les hits qui ont contribué à les élever au rang d’icônes musicales.

En tout, ce sont près de 30 titres qui sont prévus au programme de la tournée Rock Paper Scissors. De Shock the Monkey à Message in a Bottle, en passant par Roxanne et Games Without Frontiers, les deux hommes ont fait un survol exhaustif de leurs prolifiques carrières.

Leurs univers musicaux ont beau être bien distincts, on leur a découvert des liens de parenté inattendus lorsque les voix de Sting et Peter Gabriel (toujours aussi impressionnantes, d’ailleurs) se sont unies sur des pièces telles que Englishman in New York.

La complicité qui unit les deux hommes était palpable mardi soir. Amis de longue date, Sting et Peter Gabriel n’ont à aucun moment tenté de voler la vedette. Ils ont également offert à leurs musiciens et choristes plusieurs occasions de briller tour à tour.

Vraiment, une camaraderie qui faisait plaisir à voir de la part de deux véritables gentlemen.

Bien entendu, Sting et Peter Gabriel avaient gardé les plus gros canons pour la fin de la soirée; au moment d’aller sous presse, on attendait encore les mégahits Every Breath You Take et Sledgehammer, prévus pour le rappel.

(c) Le Journal de Montreal by Bruno Lapointe

Peter Gabriel et Sting: Doubler le plaisir...

Peter Gabriel et Sting ont foulé la scène du Centre Bell, mardi soir, dans le cadre de leur tournée commune Rock Paper Scissors.

Le risque avec une tournée commune, c’est qu’on finisse par s’ennuyer pendant la moitié du spectacle parce qu’un seul des artistes nous intéresse.

Pas de ça avec Sting et Peter Gabriel : dès le début, quand les percussions intenses de Rythm of the Heat ont succédé auc riffs de If I Ever Lose My Faith In You, jusqu’aux Every Breath You Take et Sledgehammer du rappel, les ex-leaders de Genesis et de The Police ont servi succès après succès au public, alternant fluidement entre le répertoire de l’un et de l’autre, s’accompagnant ou s’échangeant des pièces (Sting s’est par exemple approprié le Shot the Monkey de Gabriel et les deux ont chanté Solsbury Hill ensemble), partageant la scène avec un plaisir manifeste.

Au total, Peter Gabriel et Sting ont offert près d’une trentaine de chansons aux 16,460 spectateurs réunis au Centre Bell.

S’adressant en français à la foule tout au long de la soirée, les deux bêtes de scène britanniques étaient entourées de six musiciens chacun, les «rouges» de Gabriel et les «bleus» de Sting, des artistes époustouflants qui ont même volé la vedette à quelques reprises. Ça faisait beaucoup de monde sur la scène, et ça sonnait comme une tonne de brique.

Chose certaine, à cette partie de «roche papier ciseaux», c’est le public qui est sorti gagnant.

(c) Journal Metro by Jessica Émond-Ferrat

Sting et Peter Gabriel : tout le monde est gagnant...

Nous avions presque l'impression d'assister à une joute sportive, mardi, au Centre Bell. Dans le coin gauche, il y avait « l'équipe rouge » de Peter Gabriel. À droite, « les bleus » de Sting. Mais au fond, cette tournée Roche, papier, ciseaux était surtout l'occasion de voir deux des figures les plus populaires de l'histoire de la musique partager leur immense répertoire.

Ça faisait 28 ans que nous n'avions pas vu Peter Gabriel et Sting sur une même scène à Montréal, soit depuis l'escale de la tournée d'Amnistie internationale, le 17 septembre 1988 au Stade olympique. Mais ce soir-là, ils s'étaient succédé sur scène sans jamais chanter ou jouer ensemble.

Mardi, l'intention était tout autre. Avec les 12 musiciens chevronnés de leurs groupes respectifs, les deux Britanniques voulaient tout partager : la scène, les musiques, les chansons et le plaisir. Cela donnait d'ailleurs un peu le vertige de voir l'armada d'instruments qui se trouvait sur les planches et de mesurer le parcours des artistes présents : Gabriel (Genesis), Sting (The Police), Tony Levin (King Crimson), Vinnie Colaiuta (Frank Zappa), David Sancious (E Street Band) et alouette...

Dès 20 h 15, un vrombissement s'est fait entendre et les signatures des artistes sont apparues sur les 14 écrans rectangulaires suspendus. Chouette idée. Dès l'extinction des feux, les premières notes annonçant « The Rhythm of the Heat », tirée de Security (1982), se sont fait entendre. Gabriel et ses collègues ont livré une interprétation dense de la chanson, baignés dans la lumière rouge, puis Sting s'est amené afin de proposer une version pimpante de If I Ever Lose My Faith In You, sous un éclairage bleu.

Gabriel, qui a fait toutes les présentations et introductions en français (textes rédigés au préalable sur des feuilles), a alors expliqué la genèse du spectacle des « frères jumeaux. » Humour anglais.

Durant près de trois heures, Gabriel (66 ans) et Sting (64 ans) ont joué à saute-mouton avec les décennies (1970, 1980, 1990) et leurs répertoires. Gabriel en a imposé par le ton solennel, la puissance brute et l'intensité de ses interprétations (No Self-Control, Games Without Frontiers, Red Rain et San Jacinto). Du sérieux.

Encore plus vrai quand il a interprété la seule nouvelle chanson de la soirée, Love Can Heal, écrite à la mémoire de la députée britannique Jo Cox, assassinée quelques jours avant la tenue du vote pour le Brexit. J'ai rarement vu une foule aussi attentive à l'écoute d'une chanson inconnue pour elle. On avait l'impression de vivre l'équivalent d'une minute de silence, mais en mode musical.

À l'inverse, Sting était décontracté au possible. Il a sautillé sur le tempo galopant de Every Little Thing She Does Is Magic, ondulé du bassin lors d'une Walking In Your Footsteps à saveur d'Amérique du Sud et jeté la frénésie dans la foule avec Message in the Bottle.

Sting avait vraisemblablement beaucoup de plaisir à chanter les chansons de Gabriel avec lui et même de s'en approprier quelques-unes. C'est Sting qui a chanté un tout petit bout de Dancing with the Moonlit Knight et la fameuse phrase « Selling England by the Pound ». Gabriel, qui se fait prier depuis des décennies afin de reprendre du service avec Genesis, n'a même pas voulu faire ce petit plaisir à ses fans de la première heure. Sacré Peter, va... Sting s'est approprié Kiss That Frog, très réussie, et il a fait le gros du travail sur Shock the Monkey, accompagné de Gabriel et de la choriste Jo Lawry.

Cette dernière, choriste de Sting, a montré de quel bois elle se chauffait lors d'une interprétation vibrante de The Hounds of Winter, tandis que Jennie Abrahamson, qui fait le même travail avec Gabriel, a partagé avec lui une version sublime de Don't Give Up.

Gabriel a renvoyé l'ascenseur à Sting en s'accaparant If You Love Somebody Set Then Free dans une enveloppe sonore ralentie, digne d'un slow blues. Une relecture osée magnifique, mais qui a irrité mon amie Manon qui voulait tellement – mais tellement – entendre cette chanson interprétée par Sting dans sa forme d'origine. C'est l'un des risques à ce genre de spectacle commun; on se sait jamais qui va chanter telle ou telle chanson, ni dans qu'elle forme.

Ce partage tous azimuts cause parfois des creux de vague dans une performance de 2 heures et 50 minutes. Sting et Gabriel ont beau avoir une sensibilité similaire, leur esthétique sonore est différente. La musique de Gabriel repose principalement sur deux claviers (le sien et celui d'Angie Pollock) et le stick de Levin, celle de Sting vibre sur une basse plus organique, deux batteurs-percussionnistes (Coliauta et Rhani Krija), ainsi que le violon de Peter Tickell qui a volé le spectacle durant Driven to Tears.

Une façon d'éviter les ruptures de ton, c'est de faire comme Elton John et Billy Joel faisaient dans le temps : on joue quatre chansons ensemble, on joue séparément durant une heure et on fait six chansons ensemble pour conclure. On s'assure ainsi de plus de cohésion et de mieux transposer les univers. Sauf qu'agir ainsi, c'est se priver du plaisir du partage.

Et il y a eu des partages mémorables : Sting, qui s'amène à la basse pour maintenir le tempo de Big Time, Gabriel qui amorce An Englishman in New York de sa voix grave, ainsi que Solsbury Hill, durant laquelle les musiciens se suivent à la queue leu leu sur la scène, quand les 14 460 spectateurs sont debout du parterre jusqu'au dernier balcon.

Roxanne, durant laquelle Sting intègre Ain't No Sunshine, de Bill Whiters, valait le déplacement. De toute beauté. Et Gabriel, Gabriel qui nous offre ses chorégraphies durant Secret World (dynamitée), quand il virevolte sur lui-même avec Levin et le guitariste David Rhodes, et lors de Sledgehammer, quand tout le monde suit sa cadence. Même le monde arabisant de Desert Rose et celui, aux effluves africains, de In Your Eyes, ont parfaitement cohabité en succession.

Cette tournée se nomme Roche, papier, ciseaux... Je vous garantis que personne n'a perdu à ce petit jeu, mardi. Surtout pas les spectateurs qui ont eu droit à l'un des exercices de cohabitation musicale les plus réussis qui soient.

(c) ICI Radio-Canada by Philippe Rezzonico

Sting et Peter Gabriel: le bonheur est dans la musique...

L'idée lumineuse qu'avait eue Paul Simon de monter un spectacle conjoint avec son ami Sting a été poussée un cran plus haut par le même Sting et un autre pote du nom de Peter Gabriel devant 16 460 spectateurs comblés, hier au Centre Bell.

On savait que ces jumeaux tantriques - l'expression est de Gabriel, le blagueur - ont toujours eu une volonté affirmée de mettre leur art au service d'une cause, comme ils l'ont fait naguère en chantant pour Amnistie internationale. Mais on ne se doutait pas à quel point ces deux Anglais francophiles étaient prêts à partager leur musique dans cette tournée intitulée Rock Paper Scissors.

On en a eu la preuve éclatante quand Sting - le culotté - s'est mis à chanter l'intro de Dancing With The Moonlit Knight de Genesis. Le public n'en croyait pas ses oreilles, l'ami Gabriel ayant depuis longtemps laissé au vestiaire les chansons de son ancien groupe. L'effet de surprise opérait toujours quand Sting s'est lancé dans une version ultra énergique de Message in a Bottle, lui qui n'a jamais boudé le répertoire de The Police. Les plus futés des fans auront peut-être vu dans cette juxtaposition un commentaire sur le Brexit, mais l'heure était surtout à l'extase que procurent parfois les shows rock exceptionnels.

Jusque-là, c'est Peter Gabriel, plus théâtral que Sting, qui semblait avoir la faveur de la foule par une marge infime. Mais ce n'était surtout pas une compétition, tant Sting prenait son pied à chanter Shock the Monkey, comme Gabriel allait tout naturellement prêter sa voix à la douce Fragile et à Englishman in New York.

Non, ce n'était pas un concours de popularité, mais on avait la nette impression que l'un stimulait l'autre.

En tout cas, il y a longtemps qu'on n'avait vu Sting et Peter Gabriel, séparément, aussi convaincants qu'hier soir.

La joie s'emparait de leurs fans quand Gabriel, Tony Levin et David Rhodes jouaient les derviches tourneurs pendant Secret World, et ça virait carrément au délire pendant la joyeuse Solsbury Hill servie par les deux stars et toute leur bande. Ce public généreux a ovationné jusqu'aux héros obscurs comme le violoniste Peter Tickell, pendant Driven to Tears, qui a suivi la spectaculaire Secret World. Et il a même semblé apprécier la version bluesée tout en retenue et pas du tout dansante d'If You Love Somebody Set Them Free que Gabriel a empruntée à Sting.

C'était le genre de spectacle farci de grands succès mais dans lequel tout semblait permis, y compris le jumelage de l'immense Roxanne à Ain't No Sunshine de Bill Withers puis l'enchaînement avec une chanson inédite toute douce, Love Can Heal, que Gabriel a dédiée à la députée Jo Cox, assassinée récemment en Grande-Bretagne.

Au tour maintenant de nos amis du Festival d'été de Québec d'avoir le bonheur d'assister à cette fête musicale demain soir sur les plaines d'Abraham. Les chanceux. On leur souhaite du beau temps.

(c) La Presse by Alain de Repentigny

SET LIST

COMMENTS 1
tigris January 20,2016
sting and peter gabriel
nice
photos